Quand le mobilier design fait l’objet de plusieurs reproductions légales

Barbara

Barbara

, Design

Il n’y a pas que les férus de design qui sont attirés par les revus de décoration. Mais il existe des personnes prêtes à tout pour copier ou contrefaire ce qu’ils voient dans les magazines dédiés au design.

On voit sur la toile, les œuvres des grands noms du design vendus à des prix bas coûtant dix fois moins cher que celles proposées dans les boutiques de charme. Vous avez le site Bokkob basé au Royaume-Uni qui vend des fauteuils dessinées par Charles Eames ou Arne Jacobsen, des chaises de l’artiste Harry Bertoïa, les canapés en cuir conçu par Corbusier-Jeanneret-Perrian, des pendules créées par Georges Nelson, les tables tulipe d’Eero Saarinen. Et autres… proposés en principe dans les boutiques de luxe à 11 675 euros, alors que sur les sites internet, ils sont proposés à 903 euros.

« Pourtant, ces sites reconnaissent que les meubles sont conçus en Chine mais tout en respectant les normes ». Aucun certificat n’est donné et les sites indiquent que comme il s’agit d’entreprises soumises au droit anglais, la loi de 1988 leur autorise de copier les modèles ». Et ce, sans donner une rémunération aux propriétaires des droits.

Le site Bokkob tient à rassurer qu’il ne s’agit pas de faux, mais ce sont plutôt des meubles reproduits de façon légale ».

Pourtant quand on regarde de très près, on se rend compte que le design est celui de l’artiste. Ce sont donc de vrais faux objets.