Construire ou refaire une maison avec des couleurs rétro

Thibault

Thibault

, Design

Allons visiter cette maison située à Marseille plus précisément dans le 7e arrondissement.

Il s’agit d’une maison de 100 m2 qui a entièrement bénéficier d’une touche nouvelle et dont la décoration avec été soigneusement réalisée par l’architecte Christophe Ricci. A la lumière, on peut voir les points précis de cette décoration aux airs rétro.

Cette maison nichée en dessous de Notre Dame la Garde, cette maison jouissait d’un aspect auquel, aucun habitant de la ville ne pouvait rester indifférent.

Sauf que l’architecte l’a totalement transformé. Il l’a modernisé et fait en sorte que les habitants puissent admirer les environs et qu’ils bénéficient de la lumière de la région. Concernant la décoration, il n’a fait que réaliser les demandes des propriétaires des lieux avec des couleurs datant des années 50 et 60.

Rénover simplement la demeure

L’ancienne bâtisse bénéficiait d’un jardinet avec un cabanon, qui sont les seuls articles que l’architecte n’a pas supprimé. La cabane qui mesure 9 m2 a été modifiée et est devenu un bureau, et le jardinet est transformé en patio. Autrefois abandonné, cet endroit a bénéficié d’une touche nouvelle de la part de l’architecte car il est devenu le point central de la demeure.

En fait, tout la forme de la maison prend forme autour du patio et comme il est au centre de la maison, il a bénéficié d’une décoration exceptionnelle avec un sol IP qui se couche avec en plus un espace salon. La couleur blanche habille la salle pour la lumière et l’impression de grandeur au préjudice du nettoyage constant que cela demande.

Pour mettre à l’abri les occupants des regards indiscrets ou encore des voisins il a planté de la lierre clématite et du jasmin étoilé. Pour relier la cabane à la maison, Christophe Ricci a fait traverser la lumière naturelle. Pour aller vers le salon à l’étage, l’architecte n’a pas installé des balustrades. « Avant il n’était pas question d’installer des garde-corps sur cet escalier. Mais pour le protéger, pour la sécurité des enfants, j’ai fait installer cette vaste plaque de verre », détaille-t-il. Une option simple à la vue et qui ne gêne ni l’escalier en béton poncé, ni au salon.

En dessous vous avez plusieurs journaux « ce qui ne va pas nécessiter l’installation d’une grande bibliothèque qui aurai occupé l’espace » ajoute Christophe Ricci. L’architecte a donc respecté les consignes qui lui exigeaient moins de lumière, moins de décoration mais moderne dans une atmosphère visible. Ce qui lui a donné l’idée de créer un fond pur avec un mobilier vintage, actuel et respectant les mesures.