Les heures supplémentaires des enseignants représente un coût évalué à un milliard d’euros par an

Thibault

Thibault

, Education

Gérard Longuet, Sénateur LR a proposé dans un rapport d’information que les enseignants travailleurs pendant deux heures supplémentaires en échange d’une hausse de leur salaire.

Il parait que le travail des enseignants est très raide, inconnu, mal géré et un supplice pour les élèves à cause d’une absence de souplesse.

A travers un Gérard Longuet a critiqué les heures de cours perdues dans les écoles à cause des épreuves du brevet et du bac en fin d’année.

Vu la raideur du temps de travail des enseignants, « ces heures qui ne sont pas rattrapées ne font l’objet d’aucune compensation par des heures supplémentaires en début d’année » déplore-t-il.

Il y a aussi le taux de remplacement des absences de courte durée qui n’a été que de 36 % en 2012-2013.

Sur mandat de la commission des finances du Sénat, Gérard Longuet a travaillé sur l’épineuse question des heures supplémentaires des enseignants. Se rendant compte que dans le deuxième degré ces heures perdues représente une dépense qui dépasse les un milliard d’euros par ans et disponibles dans les documents budgétaires telle une donnée «endogène», avec des indicateurs d’évolution non détaillés et qui ne sont pas pilotés, l’élu a pris la décision de travailler sur ce problème.

Il admet tout de même que ces heures sont un élément de souplesse nécessaire, alors que la durée hebdomadaire d’enseignement des professeurs n’a pas changé depuis pratiquement 70 ans. En ce qui concerne les professeurs en classe préparatoire aux grandes écoles, ils doivent assurer entre huit et onze heures hebdomadaires a réalisé par semaine.

Plus de la moitié des enseignants ont effectué des heures supplémentaires en 2014-2015. Et celles-ci servent à arrondir les fins de mois. Mais, elles ne pourraient être un mode régulier de gestion des enseignants.

Hausse des dépenses dédiées aux heures supplémentaires à 77,7%

Les enseignants agrégés ont perçu 38% de la rémunération totale à l’entame de leur carrière c’est-à-dire 18.029 euros bruts annuels sur 47.255 euros bruts et 31 % de la paye en fin de carrière c’est-à-dire 23.441 euros sur 76.233 euros.

Ce rapport indique que la dépense dédiée aux heures supplémentaires a augmenté de 26,4 % entre 2007 et 2015, migrant de 868 millions d’euros à 1,1 milliard d’euros.